EL OUED : Mille et une coupoles au pays des lumières

OUED SOUF 2

Considérée comme l’une des plus importantes régions touristiques d’Algérie, la wilaya d’El Oued offre au visiteur ses plus belles toiles panoramiques auxquelles faudrait-il allier ces richesses humaines qui se distinguent par une singularité exceptionnelle. Ce monde de l’immensité où la générosité se mêle à l’accueil chaleureux marque à jamais chaque hôte en quête de sensations fortes. Dunes et palmeraies complètent cette magnificence architecturale imposée sur les monuments et les coupoles d’où l’appellation de « ville des mille et une coupoles.

De par leur cohérence et leur valeur esthétique les coupoles imprègnent une originalité à cette région et répondent parfaitement aux conditions climatiques et d’isolation. Carrefours des tribus et des caravanes commerciales, par le passé, la vallée d’El Oued se situe au centre de trois Chott. A l’est par l’immense Chott du Djerid Tunisien, à l’ouest par le Chott de Oued Righ et enfin au nord par le Chott d’El Melghir et Rharsa. Au nord-ouest de cette vallée c’est Oued Righ qui la relaie par son paysage tabulaire qui s’étale sur une longueur de plus de 160 km et une largeur de 30 à 40 km.

Sa situation géographique la place au centre de cinq wilaya (Tebessa, Khenchela, Biskra, Djelfa et Ouargla), au moment où sa frontière est jouxte celle de la Tunisie sur environ 300km.

Pour ce qui est de son appellation, les historiens avancent des explications diverses. Certains pensent qu’elle tire son nom de Souf qui signifie laine en arabe, vu la propagation à l’époque des métiers à tisser dans cette région ; d’autres prétendent qu’elle provient de Souyouf, c’est-à-dire ensemble de dunes aux sommets pointus ; alors qu’une troisième tendance attribue cela à la vieille légende de Oued Issiouf (en berbère) désignant l’oued qui murmure.

Mais là n’est pas la question, puisque les trois signifiants se rejoignent et se fondent dans cette nature qui avait su préserver sa virginité en dépit du passage de plusieurs civilisations.

Romains, les Vandales et les Byzantins, berbères se sont manifestés dans cette région avant l’avènement de l’Islam et les Foutouhat El Islamia sous la houlette d’Okba Ibnou Nafâa en provenance du sud de la Tunisie

Cette région connaîtra également, dès le 16eme siècle, l’influence ottomane sous la régence Turque, jusqu’à l’occupation française en 1872 qui verra les premières colonnes militaires arriver à El Oued par Oued Righ après la conquête de Touggourt.

De Oued Souf à Oued Righ

De Oued Souf à Oued Righ, le visiteur ne saurait qu’être enchanté par les différentes découvertes allant des sites naturels aux sites archéologiques très diversifiés. A commencer par le fameux quartier d’EL Achach (nids) construit au 16ème à base de boue et d’herbes sèches passant par le petit village féérique de la Daouia dont l’architecture locale témoigne d’un génie inhérent aux soufis, avant de poser pied dans la ville antique de Guemar. Construite au 15ème siècle cette petite ville est une œuvre d’art reflétant toutes les techniques locales de construction. C’est là notamment où a été érigé le fief de la Zaouia Tidjania en 1789 par le Mokadem (coordinateur) Cheikh Sidi Mohamed Essaci, conforméent aux directives du Cheikh Sidi Ahmed Ibn Mohammed Ibn Mokhtar Tidjani , né à Aïn Madhi en 1737/38 (1150 de l’hégire), principal fondateur de cette Tariqa. Avec la seconde Zaouia, celle de Taghzout, et d’autres éparpillées çà et là, la wilaya d’El Oued est considérée comme la seconde capitale de la Tariqa Tidjania, après celle de Aïn Madhi (à Laghouat). Dans cet ordre d’idée, les zaouiates demeurent au centre du rayonnement spirituel dans cette région. Leur noble mission : la science et le Coran. Aux côtés de la Zaouia Tidjania, il y a lieu de citer les Zaouia El qadiria et Rahmania, fondées respectivement par les cheikh Sidi Salem en 1246( de l’Hégire) et Benbrahim El Hachemi en 1880(de l’ère chrétienne)

A Oued Righ, plus précisément à 120km au nord d’Oued Souf, la ville de Djemâa exhibe son Lac Ayata. Un site d’une beauté sublime, abritant des oiseaux migrateurs de la saison hivernal dont le flamand rose et autres espèces. Même constat au lac salé d’Oued Khrouf où les eaux cajolent une végétation verdoyante.

La région de Oued Righ est également célèbre par son ancien palais de Tamerna (dans la commune de Djamâa) édifié au 4ème siècle de l’Hégire. Ce site, classé patrimoine national, connaît aujourd’hui des opérations de restauration avec l’utilisation des mêmes matières de construction à même de préserver la dimension historique, civilisationnelle et touristique.

Dans ce contexte Laïb Nouar, directeur de l’environnement, signale 7 projets en matière de réhabilitation et de préservation des sites, et ce, pour un montant global de 781millions de dinars, soit 12 opérations à réaliser dans le cadre des différents programmes : Fond spécial de développement des régions du Sud (FSDRS), Programme spécial de développement des régions du Sud (PSDRS) et Programme complémentaire de soutien à la croissance( PSSC).

Qui dit El oued, citera inévitablement le grand erg oriental où le soleil a brodé de ses rayons les plus belles lumières. Au milieu des dunes percées par les oasis, la vie prend naissance à partir du néant ; à l’image de joyaux verts, les palmiers puisent dans les Ghotts leur ration hydrique. Une technique facilitant l’absorption de l’eau par les racines.

L’Erg oriental, est notamment considéré comme le premier site naturel de part son attraction et son importance faunistique et florale, certaines dunes peuvent atteindre plus de 100 m de hauteur dans la région de Robbah et au cœur de l’erg.

Cette mer de sable, immensité sans fin dans un silence propre aux adeptes de la méditation impressionne le visiteur. Ses couchers de soleil flamboyants complètent cette toile naturelle dont les personnages demeurent ces nomades vivant depuis des siècles entre commerces et élevages de moutons, caprins et dromadaires.

Finalement, et en vue de promouvoir ces riches potentialités, la direction du tourisme d’El Oued a mis en place un plan promotionnel, un schéma directeur d’aménagement touristique, en sus d’une ZET de 84 ha qui sera renforcée avec sept autres zones d’expansion touristique, déjà proposées dans le cadre du plan quinquennal 2010/1014. A cela faudrait-il également ajouter d’autres opérations à l’instar d’un centre d’information et d’orientation touristique. Ainsi, et dans le cadre de la promotion du tourisme dans cette région, les objectifs, selon Abdelwahab Laïch directeur du tourisme d’El Oued, demeurent la facilitation des déplacements et des visites touristiques, l’amélioration des prestations, de la fluidité de l’information, de l’encadrement du flux touristique, la préservation du foncier touristique, la promotion de l’investissement et enfin la création de nouveaux postes d’emploi. Actuellement, on dénombre au niveau des 7 agences touristiques 26 postes d’emploi dont 20 permanents. En matière de visites, les statistiques de la récente décennie nous offrent un bilan encourageant à bien des égards. 219.434 touristes sont passés par la frontière algéro-tunisienne Taleb El Arbi ; alors que pour l’année 2009 on a enregistré le passage de 40.665 touristes, représentants plus de 25 nationalités.

Joindre l’utile à l’agréable

Si le sud algérien est généralement connu pour sa beauté naturelle et la culture de dattes, il n’en demeure pas moins que d’autres initiatives ont été prises pour expérimenter d’autres cultures. Depuis quelques années, la wilaya d’El Oued a connu une nouvelle dynamique agricole avec notamment ses 47702 exploitations agricoles. A cet effet, les statistiques de l’année 2009/2010 sont assez révélatrices.

En ce qui concerne la céréaliculture, la production de blé dur et d’orge a atteint les 98158 qx, pour une superficie irriguée de 3635 ha.

Pour ce qui est de la culture maraichère, la pomme de terre domine les débats avec une production de 6.206.320qx.

La culture de dattes quant à elle a atteint les 3.687.582 palmiers dont 2.800.217 productifs. Ce qui a généré une production 1.674.950qx de dattes

Par ailleurs, ce que beaucoup ignorent c’est que cette région est également sujette à d’autres expériences encourageante, telle que l’oléiculture. Depuis cinq ans environ, on dénombre près de 1.098.669 arbres ont été plantés alors que 21700 plants sont déjà productifs. Ce qui a permis d’obtenir en 2009/2010, une production de 9472 qx d’olives, soit 8200litres d’huile de bonne qualité sur le plan mondial avec un taux acidité de moins de 0,5%.

Pour le plan quinquennal 2010/2014, on envisage la plantation de 15000ha d’olives, dans le cadre d’un montage entre les services de la DSA, les forêts, la Générale des concessions agricole(GCA), et le haut commissariat du développement de la steppe(HCDS).

En matière d’élevage, enfin, on dénombre près de 967874 têtes, entre bovins, ovins, caprins et camelins. La production laitière est également de mise avec environ 29.147.000 litres de laits, toutes espèces confondues, réservés uniquement à l’autoconsommation.

Rencontres

Au cours de notre périple, nous avons rencontré quelques figures connues à El Oued. Artiste peintre, poète ou écrivain ; tous se conjuguent avec cette nature inspiratrice. A commencer par le doyen des artistes peintres et auteur neuf ouvrages sur la calligraphie et les artistes plasticiens soufis, Abdallah Hamdi. Cet enfant de Dbila est un personnage modeste à la barbe blanche, qui nous rappelle ces grands artistes universels qui ne croient pas à la marginalisation mais et qui pensent que c’est l’œuvre qui s’impose d’elle-même.

Autour d’une petite qâada, et un thé à la menthe, le poète Abdelhakim Khelifa relate avec ferveur les veillées poétiques animant les fêtes de mariage. Ou encore Mohamed Bouguetaya, cet ex. instituteur qui avait réalisé un livre intitulé « l’olympique d’El Oued et les Oasis ». Un travail de trois de recherche pour éterniser à jamais l’histoire footballistique du sud algérien.

Enfin, un cocktail où l’homme épouse la nature dans sa nudité et sa simplicité sans exiger ce confort tant recherché ailleurs. El Oued mérite d’être visitée.

Reportage réalisé par Chérif Abdedaïm

Related Posts

Comments are closed.


Hit Counter provided by laptop reviews