Reportage : Ferdjioua , entre réaménagement urbain et développement rural

6498-vue-sur-ferdjioua La daïra de Ferdjioua connaît ces jours-ci un grand chantier en matière de réaménagement. Ce grand projet qui renferme environ 64 opérations pour les deux communes, Ferdjioua et Beni Guecha, dans le cadre des PCD et PSD, avoisine un montant global de 42 milliards de centimes.

 

 

L’objectif étant d’améliorer les cadre de vie du citoyen et le désenclavement tant sur le plan urbain que sur le plan rural. A cet effet, le réaménagement des centres urbains se poursuit selon une stratégie favorisant la longévité des ouvrages. Ce qui s’explique par la priorité donnée à la réhabilitation des réseaux d’AEP, d’assainissement, des avaloirs, avant même le revêtement des différentes artères de la ville. L’aspect esthétique non plus n’est pas épargné avec notamment la création d’espaces verts. La campagne de plantation d’arbre au niveau des différentes poches non concernées par le bitumage se poursuit. Dans ce sens, plus de 8 millions de dinars ont été dégagés pour embellir la ville.

Cela dit, dans le cadre du programme PCD 2007, une enveloppe de 32 milliards 585 millions a été mobilisée pour réhabiliter les grands axes allant de l’entrée est à l’entrée ouest sans oublier l’entrée sud et l’intérieur de la ville. Parmi ces projets citons en matière de réaménagement l’axe rue Ahmed Boussekine, mosquée Ben Badis, hôpital, BMPJ et une partie de la cité du 20août pour un montant de 40 millions de DA . Les travaux sont en cours de réalisation y compris les réseaux d’AEP et d’assainissement et les trottoirs. L’étude et le réaménagement de la place du lycée Boudiaf dont les travaux ont été confiés mais pas encore lancés. L’étude et le réaménagement des 40 LSP jusqu’au parc communal avec une double voie reliant le parc de la commune jusqu’à la double voie lycée Bouhanna, avec la réalisation des avaloirs, de l’éclairage public et le revêtement de la chaussée. L’étude et le réaménagement de l’axe joignant le tribunal de Ferdjioua à la gare ouest, ainsi que l’entrée du CFPA, avec le renforcement de l’éclairage public, la construction d’un jet d’eau et la création d’espaces verts.

Entre autre projet l’étude et le réaménagement de l’intersection Naftal. Un carrefour de grande importance vue le trafic routier qu’il renferme dans différentes directions. C’est le point de liaison entre les RN77A, RN100 et RN 79. Au niveau de cette zone inondable, par le passé, on a renforcé les réseaux des eaux pluviales par des avaloirs qui les évacueront vers Oued Bouslah. Cette zone connaitra également la construction de 100 locaux pour les activités artisanale, en sus des 100 locaux commerciaux déjà achevés dans le cadre du programme du président de la République, en sus de la construction de 40 LSP à la place de la base Sonaric. Ce qui changera évidemment l’image de cette zone qui était, par le passé, marquée par la désolation.

A cela, faudrait-il ajouter d’autres projets de même nature dont la finalité tend vers l’amélioration du cadre de vie du citoyen et l’embellissement de la ville. Le suivi de ces opérations a été confié aux 5 bureaux qui ont réalisé les études, ainsi, les travaux doivent être conformes aux études préétablies précédemment à l’inverse des projets réalisés par le passé où les bureaux d’étude ne se contentaient que de la première étape, sans pour autant avoir l’aval des autorités pour le suivi des ouvrages.

Par ailleurs, dans le cadre des PSD, d’autres opérations ont été également programmées au niveau de la daïra avec notamment des réaménagements au niveau des quartiers. A Beni Guecha, outre ce types de travaux, le réseau gazier a été achevé avec le raccordement de 6000 bénéficiaires environ, et ce, pour un montant à hauteur de 5 milliards de centimes permettant à l’occasion

Place aux agglomérations

Pour ce qui est des agglomérations constituant la périphérie de la ville de Ferdjioua, le PCD 2008, leur a consacré 100 millions de DA en vue d’établir une liaison avec le chef lieu de daïra et ce par la fluidité du trafic routier et l’amélioration de la qualité des routes.

Dans ce contexte, faudrait-il relever l’inscription d’un ouivrage de grande envergure, en l’occurrence, celui du pont reliant la mechta M’zaït et Oued Bouslah. Cette mechtas qui abrite environ 3000 âmes soumises à un parcours de 10km pour regagner le chef lieu de daïra sera complètement désenclavée notamment avec ce nouveau projet et pourrait éventuellement connaître un meilleur essor socio-économique du moment que beaucoup de personnes transitant par la 77A traverseront cette zone pour regagner rapidement la ville de Ferdjioua en passant par le hammam de Ouled Achour. Une zone également à caractère touristique pourvu que les conditions de son amélioration soient prises en considération par le secteur concerné.

Aussi, ces projets routiers toucheront également les agglomérations beaucoup d’agglomérations telles que Hadj Slimane,, El Merra, Sbikhia,, Layadi Berbès,, Tarast, et ce, en liaison avec les différentes routes nationales(RN77A, RN100) et les chemins de wilaya (CW 5 bis).

Au niveau interne, les agglomérations de Bourouh, Oum Lahdjal, Hadj Slimane verront également des améliorations en matière de réaménagement ainsi que de création des aires de jeu pour une meilleure prise en charge des jeunes.

Dans ce contexte, des bibliothèques sont également prévues dans le cadre des différents programmes. Pour ce qui est de la bibliothèque communale dont les travaux ont été arrêtés après leur lancement, le marché a été confié à un autre entrepreneur et seront relancés prochainement, au même titre que ceux de la seconde bibliothèque jouxtant le lycée Bouhanna Messaoud, dont la première offre a été infructueuse.

Les ressources hydriques

Les ressources hydriques limitées par le passé au vu du manque d’eau et de la vétusté des réseaux ont été pris en charge avec d’une part le renouvellement des conduites défectueuses étant donné la forte pression des eaux en provenance du barrage Beni Haroun renforcée par les eaux souterraines et les différents au niveau des agglomérations. A cet effet, une étude diagnostique de toute la ville a été effectuée. Dans le cadre du PSD, les agglomérations de Oum Lahdjal, Erbiba, Chouara et Tarast ont bénéficié de la construction de réservoirs, dans le cadre des PCD, reste maintenant leur raccordement au grand réseau de distribution, ce qui permettra à ces citoyens de bénéficier de l’AEP au niveau de leurs foyers au lieu de se diriger vers les fontaines publiques.

Pour ce qui est des agglomérations d’Erramla,Laouafa, Aïn safsaf et Mentoura des opérations de forages ont été inscrites, en sus de leur équipement en énergie électrique.

Les PPDRI ou la nouvelle dynamique de développement

Pour ce qui est du développement rural, la daïra de Ferdjioua a bénéficié de 9 PPDRI (Programme de proxilité et de développement rural intégré) dont 4 pour la commune de BeniGuecha dont les mechtas d’El Fadlia et El Khalfi abriteront les PPDRI pilotes pour un montant avoisinant les 9 milliards de centimes. Quant aux opérations programmées elles concernent la réhabilitation des routes, des écoles, l’administratif, les sources, les pistes, l’électrification publique, les salles de soins, les aires de jeu, etc. Leur lancement est prévu dans les prochains jours, alors que leur durée de réalisation ne doit pas dépasser les 12 mois.

L’objectif de ce nouveau programme étant l’amélioration du niveau de vie du citoyen et la diversification des activités, le désenclavement et la fixation des populations avec notamment a nouvelle politique du logement rural. Dans ce contexte, les citoyens doivent également proposer de petits projets tels que l’élevage, le transport et différentes prestations de services. Toutefois les citoyens le constat révèle que les citoyens ne s’intègrent pas aux différents projets de développement local en dépit des différentes campagnes de sensibilisation. Donc, cette la logique qui nécessite l’implications de plusieurs acteurs tels que le mouvement associatif, les animateurs, les facilitateurs, les élus et les citoyens semble en quelque sorte bafouée. Ce qui de facto laisse place à la seule initiative de l’administration qui programme les projets en fonction de la pertinence des besoins.

Chérif Abdedaïm (La Nouvelle République du 15 avril 2008)

Lien Permanent pour cet article : http://cherif.eljazeir.com/2008/04/15/reportage-ferdjioua-entre-ramnagement-urbain-et-dveloppement-rural/